Comment est calculée la rémunération de l’architecte ? Quelles économies permet-il de réaliser ? Et quels sont les autres postes de dépense à prévoir ?

 

Pourquoi faire appel à un architecte ?

« Vous rémunérez votre architecte, mais celui-ci vous fait faire des économies »

Source : « Combien coûte un architecte ? » sur le site du Conseil National de l’Ordre des Architectes

Au-delà de la conception, les missions de l’architecte couvrent de nombreux aspects qui vous permettent in fine de limiter vos dépenses. Ainsi, son rôle est aussi de :

  • Organiser une véritable concurrence entre les entreprises susceptibles d’intervenir sur votre chantier.
  • Vérifier que les matériaux utilisés et les techniques de mise en œuvre correspondent parfaitement, et non approximativement, à ce qui a été prévu dans les marchés d’entreprise,
  • S’assurer en permanence que le calendrier de la construction est respecté,
  • Vous présèrver par sa compétence des mauvaises surprises de constructions qui vieillissent mal.

Votre architecte a intérêt à vous satisfaire : votre maison et vous-même serez ainsi sa meilleure publicité !

Source : « Combien coûte un architecte ? » sur le site du Conseil National de l’Ordre des Architectes

 

Comment est déterminée la rémunération de l’architecte ?

On peut calculer les honoraires suivant trois modes principaux :

 

La rémunération au forfait

Cette formule ne peut s’appliquer que lorsque la mission et le projet de construction sont parfaitement connus à l’avance. On définit alors le montant du forfait avant que la mission ne débute.

 

La rémunération au pourcentage du coût des travaux

Elle s’applique de préférence lorsque la mission est bien définie à l’avance, mais que le projet de construction ne l’est pas.

Cette rémunération est calculée selon un pourcentage fixé sur le montant des travaux. Ce pourcentage varie en fonction de l’importance des travaux : plus le coût des travaux est important, plus il diminue. La complexité des travaux à réaliser a également une influence sur ce pourcentage.

Il n’existe pas de barème officiel obligatoire dans le domaine de la construction privée. L’architecte établit librement ses honoraires. Néanmoins, les grilles utilisées dans le cadre des marchés publics servent de base à l’établissement de nos propositions de rémunération.

C’est la solution la plus souvent retenue pour une mission complète. Généralement, le taux est compris entre 10 et 15 % du montant des travaux.

 

La rémunération à la vacation horaire

Elle s’applique à des missions courtes et bien définies, comme une consultation, une mission de conseil ou d’expertise.

L’architece facture ses honoraires au déboursé à partir de ses interventions et de toutes dépenses y afférant. Ils couvrent les frais engagés par l’architecte pour l’exécution de son contrat (vacations horaires, frais particuliers sur justification…).

 

Rémuneration des autres intervenants de votre projet

D’autres postes de dépense peuvent s’ajouter à la rémunération de l’architecte et aux coûts des travaux proprement dits. Votre architecte peut également vous conseiller dans la prévision de votre budget.

  • Un plan topographique de la parcelle d’étude est indispensable à tout projet de construction neuve. Un cabinet de géomètre assure la prestation avant démarrage des études de projet.
  • Dans le cadre d’une construction neuve, extension ou surélévation, ou dans un contexte géographique à sismicité élevée, une étude de sol avant démarrage des études de conception est obligatoire pour le dimensionnement et/ou l’implantation des fondations du futur ouvrage.
  • S’il s’agit d’une rénovation, notamment en cas de surélévation ou de création d’ouvertures, une étude de structure réalisée par un Bureau d’études spécialisé peut être nécessaire.
  • Pour effectuer un dépôt de Demande de Permis de Construire, une étude thermique RT2012 est obligatoire (pièce PC16 ou PCMI 14-1). Un Bureau d’études spécialisé se chargera de la réaliser.
  • L’assurance dommages-ouvrage est une assurance obligatoire que doit souscrire tout maître d’ouvrage, notamment le particulier qui fait construire sa maison ou procède à une rénovation importante (extension, surélévation, etc.). Le maître d’ouvrage doit y souscrire avant l’ouverture du chantier (article L.242-1 du Code des assurances).


Source : guide « Construire avec l’architecte » du Conseil National de l’Ordre des Architectes, 2012

 

Voir aussi :